Les organismes qui accompagnent

De façon générale, lorsqu’on te diagnostique une maladie ou un handicap assez important, plusieurs organismes vont entrer en parallèle dans ta vie et jouer un rôle indispensable pour bien vivre ton quotidien, j’ai nommé :

  • La SECU
  • La MDPH
  • La CAF

Voilà, tu n’as pas forcément besoin des trois, mais chacun a son utilité.

 

La SÉCURITÉ SOCIALE d’abord :

L’ALD :

Tu le sais se soigner coûte très cher pour tout le monde,  mais le prix des traitements par immunosuppresseur  notamment (je parle du mien car c’est le seul que je connais, mais cet article est valable pour d’autres traitements et d’autres maladies) peut faire bondir, l’ « humira » par exemple, coute 1060 euros les deux seringues (donc  1060 euros mensuel pour moi, à ce prix là tu n’as pas intérêt à te louper !!)

Tu comprends ainsi facilement que personne n’est en capacité de financer de tels soins sans la Sécurité Sociale et que je suis bien contente pour ma part qu’elle existe !

Aussi, lorsque tu es atteint de certaines pathologies nécessitant des traitement longs et coûteux, tu peux te renseigner pour savoir s’il ne s’agit pas d’une ALD (Affection de Longue Durée). C’est le cas pour la SPA et Crohn, les deux pathologies sont référencées comme telle.

Le cas échéant, certaines ALD ouvrent droit à la prise en charge à 100 % des soins liés à la maladie.

 

La démarche à suivre :

Pour en bénéficier, il convient simplement que le médecin traitant rédige un protocole de soins mentionnant les traitements nécessaires et qu’il l’adresse à la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie)du département. Cette dernière informe ton médecin en retour de la prise en compte de l’ALD et t’invite à mettre ta carte vitale à jour.

L’ALD est reconnue pour une durée précise et la demande doit être refaite par le médecin pour la faire perdurer dans le temps.

A partir du moment où tu bénéficies d’une ALD, tes feuilles de soins sont  alors différentes, elles sont bizones, afin de pouvoir mentionner si le traitement prescrit est en rapport ou non avec l’ALD et faciliter les remboursements. La prise en charge à 100% ne concernant que les soins et traitements liés à ladite ALD.

En cas de refus de la reconnaissance de l’ALD, il est possible de contester la décision auprès de la CPAM compétente.

Plus d’infos sur le site Améli.fr rubrique ALD

 

L’invalidité :

Je ne maitrise pas forcément ce sujet car je ne bénéficie pas de pension d’invalidité. On me l’a proposée mais je l’ai refusée. Considérant que je pouvais travailler à temps plein, je n’ai pas jugé utile de donner suite à cette procédure. Je ne voulais pas réduire pour le moment mon temps d’activité.

Néanmoins, ce que je peux te dire c’est que la pension d’invalidité est une pension versée par la CPAM visant à compenser la perte de salaire due à la réduction de la capacité de travail.

Il convient pour cela de remplir des conditions précises et d’adresser un formulaire spécifique à la caisse compétente, donc celle de ton département.

Cette attribution de pension permettra en outre de bénéficier d’une prise en charge des soins médicaux à 100%.

Attention toutefois, l’attribution d’une pension d’invalidité n’entraine pas automatiquement la délivrance d’une carte d’invalidité.

Pour plus d’infos sur les conditions d’attribution, les types de catégories d’invalidité et le montant je t’invites à te rendre sur le site amelie.fr bien plus précis.

 

La MDPH ensuite

La reconnaissance administrative du handicap permet d’avoir accès à un ensemble d’aides et de services destinés à t’aider à conserver ou trouver un emploi.

Pour être reconnu handicapé, (une fois que toi-même tu as accepté ce statut, car sincèrement c’est loin d’être facile à accepter, on craint les étiquettes même si ça ne se voit pas), le moyen le plus courant est de solliciter la RQTH (Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé) auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées).

Concrètement ca se passe comment ?

En réalité c’est la commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) qui délivre la RQTH, mais c’est auprès de la MDPH qu’il faut faire la demande.

La CDAPH va alors :

  • Soit reconnaitre le handicap et en parallèle l’aptitude au travail ( c’est mon cas : voir courrier)
  • Soit reconnaitre le handicap et l’inaptitude au travail
  • Soit refuser la RQTH

En cas de reconnaissance, la RQTH  s’accompagne :

  • Soit d’une orientation vers le marché du travail (mon cas : voir courrier)
  • Soit d’une orientation vers un établissement ou service d’aide par le travail
  • Soit vers un centre de rééducation professionnelle

 

Statut de travailleur protégé

La RQTH  te permettra notamment d’avoir un statut de travailleur protégé dans ton entreprise, d’accéder plus facilement à des formations en interne ou en externe, de bénéficier de reclassement, et te permettra de solliciter des aménagements de ton poste de travail si nécessaire (horaires, matériel…)

Pour ma part j’ai eu beaucoup de mal à franchir cette étape, j’ai plusieurs fois refusé le dossier, ne comprenant pas forcément l’intérêt pour moi, sachant que j’étais déjà embauchée en CDI, il a fallu que ce soit la médecine du travail qui me booste un peu et qui me fasse prendre conscience que cela pouvait être une protection pour l’avenir, que ça ne me coûtait rien de le faire. Le médecin a d’ailleurs lui-même rempli tout le dossier et à été jusqu’à mettre tout sous pli et même compléter l’adresse du destinataire sur l’enveloppe, je n’avais plus qu’à la poster quand je serais prête…

Concrètement je bénéficie de quelques heures en plus pour me libérer du boulot et me rendre à mes RDV médicaux, mais j’avoues ne pas vraiment les utiliser préférant m’organiser autrement.

 

AH oui pour finir aussi, il est important de savoir, qu’il est inutile dans certains cas de solliciter une RQTH, le handicap étant reconnu d’office dans quelques situations, c’est le cas notamment si tu perçois l’AAH de la CAF (Allocation Adulte Handicapée), une rente accident du travail ou un pension d’invalidité.

 

Et ICI le lien internet de la MDPH

 

La CAF pour finir :

La CAF va pouvoir dans certains cas octroyer l’AAH afin de garantir un minimum de ressources aux personnes handicapées dont les revenus sont modestes.

Ici aussi, je ne maitrise pas parfaitement le sujet n’étant pas  titulaire de cette allocation.

Toutefois ce qu’il faut savoir concernant cette allocation, c’est qu’elle est soumise à plusieurs conditions :

  • Condition d’âge
  • Condition de résidence
  • Condition d’incapacité
  • Condition de ressources

Comme pour la RQTH, la demande se fait auprès de la MDPH du lieu de résidence qui transmet ensuite à la CDAPH, c’est ensuite en cas d’acceptation que la CAF (ou la MSA dans certains cas) entre en jeu pour le versement de l’allocation.

Plus d’informations sur le site de la MDPH et de la CAF

J’espère que cet article t’aura été utile…

 

Laisser un commentaire