Maman est malade…

Qu’il s’agisse de maladie bénigne ou plus grave, il est à mon sens toujours important d’en parler au sein de sa famille et de son entourage plus globalement, c’est bien connu les non-dits peuvent faire des ravages.

J’ai fait le choix de ne rien cacher à mes enfants, mais j’évite par-dessus tout de tomber dans le pathos ou le misérabilisme, pour moi ce serait la pire erreur, un enfant n’a pas à gérer les angoisses que cela pourrait créer en lui.

Expliquer le handicap en toute simplicité pour les enfants !

Aborder le handicap, oui, mais avec des mots simples et adapter, expliquer pourquoi il est possible d’être plus fatigué, pourquoi il y a parfois des protocoles médicaux  mais DÉDRAMATISER, c’est mon mot d’ordre !!

Il n’est pas nécessaire de chercher à cacher la souffrance , éloigner l’enfant du processus pourrait avoir l’effet inverse, il pourrait s’inquiéter et imaginer des scénarios qui n’ont pas lieu d’être, il faut faire confiance aux ressources des enfants, ils sont impressionnants et ont une force d’adaptation inimaginable.

Pour ma part, mes enfants sont au courant, ils ont déjà vu mes injections, c’est quelque chose de naturel pour eux, je leur ai expliqué que les piqûres étaient utiles pour que je sois en forme, c’est intégré dans leur quotidien, ils comprennent ainsi mieux pourquoi il m’arrive d’être fatiguée ou d’avoir mal.

Néanmoins j’évite de me plaindre devant eux car leurs réactions sont par principe imprévisibles, ils peuvent parfois être sujets :

  • A des réactions de peur
  • De tristesse
  • De culpabilité (c’est de ma faute si tu es fatiguée et malade ?!)
  • Ou de somatisation (douleur…)

!! Et mon but ultime, comme toute maman, est de leur éviter cela !!

Communiquer, discuter, par des livres adaptés

La communication est donc la priorité, et si les mots manquent, voici une petites sélections de livre au top que j’ai trouvé pour toi pouvant servir de support à la discussion et adaptés aux enfants, ils abordent le handicap, les différences, les ressentis de chacun…

 

« La petite casserole d’ANATOLE » d’Isabelle Carrier aux Editions Bilboquet
anatole
Anatole traîne toujours derrière lui sa petite casserole. Elle lui est tombée dessus un jour sans savoir pourquoi. Elle se coince partout et l’empêche d’avancer. Anatole en a assez, alors il se cache, mais les choses ne sont pas si simple….

Ce livre aborde le handicap et la différence avec poésie, à noter qu’une adaptation sur un court métrage de 6 min a été  réalisée par Eric Montchaud en 2014. En voici un extrait :

 

« Mes p’tits doc : le handicap »  ludique et coloré ce livre aborde plusieurs handicaps de façons simple, sous forme de documentaires illustrés pour répondre aux questions des petits curieux dès l’âge de 3 ans.
les petits doc

 

« Mina la fourmi » d’Anne-marie Chapouton, l’histoire mignonnette  d’une fourmi à qui il manque une patte support pédagogique indiscutable sur l’intégration des personnes handicapée

 

« Parfois maman est fatiguée », d’Anne-christine Loschnigg-Barman et Judith Adler, à l’origine ce livre  aux illustrations vives et fraîches s’adresse aux enfants dont les mamans sont atteintes d’un cancer du sein, mais plus globalement le texte permet aux enfants de prendre conscience que leurs soucis et leurs peurs sont pris au sérieux et que la maladie ne change rien à l’amour qui les entoure.

 

« Maman est malade » du Dr Eric Englebert aux éditions les petits bobos de la vie, ce petit livre au format de poche permet aux enfants de s’identifier à la petite Léa, l’héroine dont la maman est malade, comprendre le ressenti de l’enfant et le sentiment de culpabilité.

 

Bonne LECTURE

Laisser un commentaire