Lettre ouverte à mon « injection »

 

Voila exactement 14 jours, pas un de plus, pas un de moins, que je t’ai laissée pour mieux te retrouver aujourd’hui.

Un rendez vous, acté, depuis longtemps.

Aujourd’hui c’est jour d’injection !!

« Salut ma belle, quoi de neuf depuis la dernière fois?!! »

A l’époque de notre rencontre, tu es entrée dans ma vie en toute clandestinité : pas d’invitation, pas d’annonce, non rien de rien.

On t’a plus ou moins imposée à moi, enfin je n’ai pas eu vraiment d’autres choix que de t’intégrer à ma vie…et pourtant aujourd’hui je ne sais plus si je pourrais me passer de toi un jour.

J’aimerais te chanter la célèbre comptine « pic et pic et colégram » , insouciante et détachée, mais avec toi ce serait plutôt « pique et pique et colère gronde » car oui, TOUT dans notre histoire est paradoxe :

  • je t’espère autant que tu m’exaspère
  • je t’attends autant que je te fuis
  • je te veux autant que je t’en veux
  • tu me rends forte autant que tu m’affaiblis…

En fait, la conclusion est plutôt simple :

je t’aime autant que je te déteste.

Je t’attends souvent désespérément, mais j’ai parfois l’impression que tu me fais bien plus de mal que de bien.

J’ai besoin que tu sois à mes cotés au quotidien, c’est indéniable, pourtant je mûris l’espoir de me passer de toi un jour, et de voler de mes propres ailes.

Tu vois, je te l’ai dit, un PARADOXE !!

Alors on fait quoi toutes les deux? On continue notre route ensemble? On tente l’aventure d’une séparation, au moins le temps d’un essai, d’autres méthodes…et advienne que pourra ?!

Aujourd’hui, malheureusement je n’en sais rien…

Clairement c’est l’amour vache, mais l’amour fou entre toi et moi, mais à bien y regarder, ça ne se passe pas trop mal entre nous.

On se croise rapidement, pas le temps de se prendre la tête, et comme j’ai un fichu caractère, je m’attèle à ne rien te montrer de mon appréhension face à nos retrouvailles.

Je respire, je pique et je t’oublie pour mieux te retrouver plus tard : « simple comme bonjour » en réalité !

Il fut un temps, à nos débuts, où je craignais d’oublier nos rendez vous si importants, j’ai même pensé tenir un petit agenda avec les dates de nos rencards.

Tu rigoles hein?! tu as raison de te moquer, bah oui,  j’étais bien trop naïve, je pensais te voir et hop, tout oublier grâce à toi.

Une injection : 10 secondes pour dire adieu aux douleurs et faire un trait sur tout. Le rêve non?!

pffff, mais comment t’oublier?! Alors même que quelques jours avant nos rencontres, des signaux en tout genre me rappellent à toi, je ne dors plus, j’ai mal, je suis en manque  !!!

Oui, en manque, je n’aurais jamais cru ça possible….et pourtant c’est bien ça, addict à mon traitement ! addict à toi !!

MOI, « l’indépendante », je suis addict et tributaire de toi !!

Alors non, pas besoin de noter les rendez vous entre nous, ils sont inoubliables, inratables, immanquables….

Ils sont malheureusement encore bien trop essentiels à mon bien être !

J’ai encore besoin de toi « petite piqûre », car grâce à toi, je cours, je danse, je profite, je vis ma vie…… !!!

Mais je ne baisse pas les armes, un jour prochain je te dirais adieu !! Saches le : j’y arriverai sans toi.

En attendant ce moment tant attendu, profitons ensemble, et je te dis simplement :

à dans 14 jours ma « chère et précieuse injection » !

2 Replies to “Lettre ouverte à mon « injection »”

  1. Comme d’habitude, c’est bien écrit. Je reconnais ton écriture tant sérieuse et humoristique ! J’ai vraiment apprécié 👍

    1. Merci beaucoup 😊😊

Laisser un commentaire